Moi vigneron, toi Liane – Poème dédié aux vigneron(ne)s


Une fois n’est pas coutume ce mois-ci je ne suis pas partie à la rencontre d’une personne ou d’un vin.
Suite aux récents épisodes de gel, qui ont provoqué de nombreux dégâts dans les vignobles, j’ai eu envie de composer ce poème pour rendre hommage aux vignerons et vigneronnes. Toutes mes pensées les accompagnent.

A ceux que je connais et les autres. Christine

ECOUTER EN PODCAST

mains-vigneron

Moi vigneron, toi Liane

Je tourne en rond autour de tes rangs,
Amoureux transis
Pour prévenir tous tes tourments
T’observant sans répits

Toujours plus affamée tu réclames ma présence
En secret tu voudrais faire de moi ton esclave
Attentif et soumis à tes moindres exigences
Angoissé silencieux je te couve du regard

A chaque saison je veille à ce que tu ne manques de rien
Cédant à tes caprices telle une femme trop gâtée
Maitresse qui réclame sans cesse plus de soins
J’attends bien patiemment que tu veuilles te donner

Moi vigneron, toi Liane,

Au printemps, tes bourgeons d’un vert tendre apparaissent
Comme des mamelons dressés, fiers gorgés de vie
Entêtée et sauvage tiendras-tu tes promesses ?
Floraison et nouaison, me donneras tu tes fruits ?

Je te prends par la taille tente de te maitriser
Rebelle tu finis toujours par m’échapper
Courageuse et têtue, lutte pour ta survie
Contre les éléments, contre la maladie

Les rayons du soleil font miroiter tes feuilles
Comme des bijoux brillants elles se parent de mille feux
Tu fais monter la sève, sang qui coule dans mes veines
Souveraine c’est Toi seule qui importe à mes yeux

Moi vigneron, toi Liane,

En été tu paresses comme un chat au soleil
Laissant croire aux insectes que tu es en sommeil
Tes racines plongeant dans le sol rocailleux
Puisent ta nourriture au cœur d’un sol pierreux

Abritées sous tes feuilles, tes grappes dissimulées
Cherchent un peu de fraicheur, ombre bien méritée
Tes vrilles s’étirent, s’enroulent autour de fils dorés
Emprisonnent mon cœur par ces liens, attaché

Souffrance et sacrifice! Toi aussi tu connais
Peut être est ce pour cela qu’on se comprend si bien ?
Entre nous ce mystère toujours doit perdurer
Sans amour dans ma vigne cela ne rime à rien !

Moi vigneron, toi Liane,

Quand au matin d’automne toi ma douce compagne
Je viens gouter tes baies délicieuses et sucrées
Et qu’une douce brume enveloppe la campagne
A cueillir tes fruits mûrs je dois me décider

Sentir tes parfums, puiser dans tes secrets
Viens le temps des vendanges à vouloir récolter
Telle une jeune mère qui prête à enfanter
M’offre généreusement ses lourdes grappes dorées

Pour étancher ma soif et découvrir ton gout
Remonter, vinifier, je serais prêt à tout
Émotions retrouvées aux sources inépuisables
Je te déguste enfin mon nectar adorable

Moi vigneron, toi Liane,

Telle une femme épanouie tu retournes à tes songes
Dans un sommeil profond mais toujours dans mon cœur
A la froideur d’hiver tu t’abandonnes et plonges
Mais restes bien présente pour mon plus grand bonheur

Dors ma vigne adorée
Ma belle aux bois dormants
Pour mieux te retrouver
A ton prochain printemps

Christine Glémain

vinopasseport

La dégustation ça s’apprend!
Vino Passeport propose des initiations
Pour en savoir plus, visitez notre page Vino Passeport en cliquant ici

Suivez nous sur les réseaux sociaux

Vino Passeport anime vos événements
Ateliers dégustations et animations oenologiques
Entreprises – Challenge d’équipes
Particuliers – EVJF / EVG

Derniers articles à découvrir


Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 commentaires sur “Moi vigneron, toi Liane – Poème dédié aux vigneron(ne)s